Actions en 2022

 

Actions réalisées en 2022

Dans nos centres culturels :

À Islari et à Tsodnisk̕ari, les petits centres culturels disposant de serres pédagogiques sont des lieux d’échanges et d’entraide qui attirent enfants et adultes. À Islari, le maire a fourni les matériaux pour la construction d’un abri où sont gardées et séchées des semences et des herbes. À Tsodnisk̕ari, le maire a promis son soutien en cas de problèmes. Nous avons continué de soutenir avec des sommes modestes les personnes qui surveillent les enfants, entretiennent les centres et les poulaillers et s’occupent des serres pédagogiques situées à proximité des centres. Le soutien consiste surtout en contributions pour l’achat de médicaments.

  • À Tsodnisk̕ari

    • Un camp de vacances

      Au début du mois d'août, 25 enfants socialement vulnérables de Tsodnisk̕ari et de 7 villages des environs y ont passé cinq jours de vacances. Cette année, priorisant d’autres projets, nous n’avions prévu qu’un camp de trois jours. Mais comme il y avait moins d’enfants à cause de cas de Covid, nous avons pu ajouter une journée, grâce aussi au soutien de plusieurs habitants de Tsodnisk̕ari et une autre journée grâce à un don du maire qui, comme tous les ans, s’est aussi chargé de l’assurance. Les enfants ont joué et participé à des ateliers, entre autres à des ateliers sur des problèmes de pollution, à des ateliers de lecture, de dessin et à des cours de premier secours. Comme à Islari, les animateurs étaient bénévoles.

      Photo : Les enfants apprennent des jeux d'autrefois

    • Communicaton envers les habitants de la région

      Pendant deux ans, il n’a pas été possible d’organiser des « leçons ouvertes » pour les habitants de Tsodnisk̕ari et des villages de la région . Mais elles ont recommencé en juillet, pour un nombre restreint de personnes, dans une salle désinfectée par la mairie. Et régulièrement des habitants venaient chercher conseil, semences, boutures, plantules. Surtout aussi, de nombreux élèves cultivent les légumes locaux dans les jardins familiaux et répandent leur savoir distribuant des brochures sur les méthodes de culture, brochures qui ont été publiées grâce au soutien de l’ambassade de France.

    • Un centre d'apprentissage de l'apiculture

      En vue de créer un centre d'appentissage de l'apiculture, nous finançons l'achat d'une ruche, d'une passoire à miel, de divers instruments et vêtements de protection.

  • À Islari

    • Un camp de vacances

      Entre le 13 et le 16 août un camp de vacances a réuni presque 40 enfants socialement vulnérables. Ils venaient en partie de neuf villages des alentours, parfois accompagnés par des parents et des enseignants. Tous furent testés la veille du premier jour du camp. Le quatrième jour a été financé par la mairie d’Islari qui s’était aussi chargée de l’assurance.

      A côté des jeux et des baignades dans la rivière proche, il y eut de nombreux ateliers : ateliers de dessin, de premiers secours, de biodiversité, de culture des plantes par des méthodes biologiques, de travaux dans la serre ; ateliers sur la nourriture saine, sur l’analyse de l’eau potable. Et comme tous les ans, les enfants ont rédigé des slogans invitant les habitants à ne pas polluer la nature.

      Les habitants du village ont offert des fruits, des légumes et même des khachap̕uris (une spécialité géorgienne) aux enfants qui les aidaient à chercher les vaches et à sauver les poules menacées par les oiseaux de proie particulièrement abondants cet été.

    • Des ateliers d'apprentissage pour plusieurs métiers

      Entre mi-août et mi-septembre de nombreux ateliers ont été organisés à l’école de Kharagauli. Leur objectif : l’enseignement des premiers pas dans différents métiers. 53 enfants et jeunes, certains en situation de handicap, avec des adultes au chômage, ont pu s'initier à divers métiers qui peuvent leur ouvrir une perspective d’emploi.

      Ces ateliers avaient été préparés par Tsisana Chipashvili, qui connaît bien les besoins et les possibilités des habitants de la région (traditions, équipements, compétences des anciens pouvant être transmises) en coopération avec Lali Kacheishvili, suite au succès de l’école de couture, de tricot et de tissage à Amaghleba, projet financé par Momavali-France en 2021. Lali Kacheishvili, a animé ou accompagné de façon bénévole la majorité des ateliers. Il y avait :

      • des ateliers de couture (avec des machines à coudre anciennes et modernes

      • des ateliers de broderie

      • des ateliers de « tapisserie » (préparer du feutre et en faire différents objets – une tradition géorgienne)

      • des ateliers de tricot à la main

      • des ateliers de tricot à la machine

      • des ateliers de métiers oubliés : aiguiser des outils, laver des amphores de vin

      • des ateliers de filage (animés par une vieille dame très pauvre qui avait gardé les anciens outils en partie oubliés)

        Photo : Recueillir le savoir-faire des anciens

      • des ateliers de confection de matelas (animés par une petite entreprise de Kharagauli)

      La directrice de l’école de Kharagauli a exprimé sa reconnaissance et assuré qu’elle soutiendrait non seulement l’utilisation de la serre pédagogique mais aussi, dans la mesure de ses possibilités, la continuation de certains ateliers, en particulier, dès l’automne 2022, l’atelier de couture.

      La petite entreprise de fabrication de matelas a promis d’intégrer les élèves qui veulent se perfectionner.

À Amaghleba

Comme pour Tsodnisk̕ari, nous finançons le matériel nécessaire à la création d'un centre d'apprentissage de l'apiculture.

Photo : Initiation à l'apiculture